lundi 9 mai 2016

Un autre regard sur une carrière d'officier

Je viens d'achever la lecture d'un livre intitulé La vie professionnelle des officiers français au milieu du XIXe siècle(1). Impossible de me rappeler ce qui m'avait mis sur la piste, mais le titre m'avait attiré l'œil, dans la mesure où deux de mes ancêtres du côté maternel étaient militaires de carrière. Je me suis décidée à le commander et je l'ai lu quasiment d'une traite.

Il s'est avéré qu'il m'éclaire surtout sur Achille Maitreau.

Le livre de William Serman

L'ouvrage correspond à la troisième partie d'une thèse soutenue en 1976 par un spécialiste de l'histoire militaire. L'étude a été effectuée à partir d'un échantillon de six promotions d'officiers et couvre principalement la Deuxième République et le Second Empire. Elle comporte nombre de tableaux et de statistiques, certes, mais pas seulement. Elle est encadrée par une introduction et une conclusion tout à fait instructives pour des néophytes de mon espèce.

Le livre est divisé en quatre chapitres qui traitent de la diversité du métier militaire, de sa finalité, de l'avancement et de la cessation du service. J'y ai clarifié mes idées, jusqu'alors un peu confuses sur ces questions.


Au fil des pages, l'auteur évoque l'origine sociale et les différentes filières d'accès au corps des officiers : les écoles comme Polytechnique et l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, bien sûr, mais il faut savoir que, dans la seconde moitié du XIXe siècle, plus de 70 % des officiers sont des hommes sortis du rang, avec un degré d'instruction élémentaire. Il distingue également des variantes significatives, selon qu'il s'agisse de l'état-major, de la cavalerie, des armes savantes (artillerie, génie), de l'infanterie, du train des équipages de la gendarmerie ou de la marine.

J'y ai découvert que le métier peut être fort différent, selon qu'il s'exerce dans un régiment, dans des emplois sédentaires, en détachement ou à l'état-major. Que les critères de choix pour élever un officier à un grade supérieur ne sont pas strictement professionnels. Que la durée des services varie selon le grade, mais également selon l'origine sociale. Et que certains officiers des grades subalternes ont fort peu de chances d'accéder au rang de chef de bataillon ou, a fortiori, au-delà.

Sans nier la bravoure des hommes, l'auteur déplore le conformisme engendré par le devoir de réserve et d'obéissance. Il souligne le caractère à la fois insuffisant et inapproprié de la préparation au combat, souvent masqué par des victoires sur des adversaires dotés de moyens rudimentaires. Ces défauts seront sévèrement sanctionnés par la défaite de 1870 contre l'armée prussienne, pourvue d'un armement plus moderne.

Regard sur la carrière d'Achille Maitreau

Lecture instructive, donc, qui m'a amenée à examiner la carrière d'Achille Maitreau d'un œil neuf. Né en 1821, il effectue d'abord six ans de service militaire à compter de 1842, conformément à la loi Gouvion-Saint-Cyr : tirage au sort d'un "mauvais numéro" ou remplacement d'un appelé, moyennant compensation financière ? Comment savoir ?

Toujours est-il qu'il renouvelle son engagement à deux reprises pour une durée de deux ans, en 1848 et en 1850. Il est proposé au grade de sous-lieutenant, qu'il obtient finalement le 30 décembre 1851, à presque trente ans. Avant d'être nommé lieutenant à trente-six ans et capitaine à quarante-quatre ans. Et d'être admis à la retraite à l'âge de 52 ans.

Reconstitution de carrière Achille Maitreau
Source Service historique de la Défense

William Serman indique dans la conclusion de son ouvrage que l'admission dans le corps des officiers est une forme d'ascension sociale pour nombre d'hommes issus d'un milieu modeste ou dépourvus de fortune personnelle.

Je n'ai pas encore eu l'opportunité d'examiner les documents qui me permettraient de me faire une idée sur le patrimoine de mes ancêtres Maitreau dans la première moitié du XIXe siècle. Je constate néanmoins que le père d'Achille Maitreau, qualifié tour à tour de fermier et de propriétaire, s'est marié à deux reprises ; Achille est l'aîné des deux enfants issus du second mariage, mais il est précédé de deux demi-frères et deux demi-sœurs. De quoi fractionner irrémédiablement l'éventuelle fortune familiale par le biais des dots et des héritages.

Le choix d'une carrière militaire est donc cohérent. De même la décision prise par Achille Maitreau, une fois à la retraite, de passer la fin de sa vie à Pau, ville de garnison du 58e régiment d'infanterie au sein duquel il fut capitaine. Loin du Maine-et-Loire dont il était originaire et où les autres membres de sa famille étaient installés.




(1) William Serman, La vie professionnelle des officiers français au milieu du XIXe siècle, Editions Christian, 1994, 221 pages, ISBN 2-86496-057-5

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Votre commentaire sera publié après approbation.