lundi 1 juillet 2019

Mille e tre !

Non, je ne vais pas vous entretenir de Don Giovanni, l'opéra de Mozart, ni vous chanter le fameux air du catalogue, j'en serais bien incapable. Ce clin d'œil, juste pour indiquer que je viens de franchir le cap de mille ancêtres identifiés en ligne directe : mille trois, exactement !


Je ne résiste pas au plaisir d'un bref inventaire à la Prévert.

Premier critère, les régions d'origine :
  • Des Parisiens, des Angevins et des Palois,
  • Des Solognots, des Mayennais, des Béarnais et des Bigourdans,
  • Des Normands, mais aucun Breton,
  • Des Dauphinois, des Vosgiens et des Mosellans…

… et j'en oublie sûrement. L'occasion de papillonner d'un département à l'autre, au gré des découvertes.

Passons aux professions :
  • Des laboureurs, des artisans et des commerçants, comme tout le monde,
  • Des propriétaires et des domestiques,
  • Au moins deux huissiers, un greffier, quatre ou cinq notaires,
  • Deux militaires de carrière,
  • Un peintre en bâtiments, une crémière,
  • Un maître perruquier et plusieurs tailleurs d'habits,
  • Quantité de tisserands, tissiers, peigneurs et cardeurs, filandières et même un fabricant d'étamines,
  • Quelques aubergistes, deux tonneliers, un vigneron,
  • Un ou deux bergers,
  • Un maître chirurgien…

Bien sûr, des patronymes qui font sourire : Ollé, Centieu, Bouret, Veau, Carré, Piednoir, Cheval, Boulay, Lalouette, Letourneau, Combat, Leloup, Lecoq, Vielpeau, Rinquedieu ou Recoquillé !

Et seulement trois cas d'implexe, c'est-à-dire trois individus qui apparaissent à plusieurs endroits dans mon arbre. L'un à la dixième génération dans la Drôme (à la fois Sosa 838 et 848) et deux autres aux douzième et treizième générations dans le Maine-et-Loire (à la fois Sosa 2712/2713 et 5966/5967).

Le fruit de dix années de recherches généalogiques, plus ou moins assidues.

Je n'ai pas vraiment tenu de statistiques, mais j'ai le sentiment que le nombre des ascendants identifiés a progressé par à-coups. L'année dernière, seulement dix-huit nouveaux entrants. Cette année, quarante-deux individus, rien que pour le semestre qui vient de s'écouler, alors que je souhaitais me consacrer davantage à l'histoire familiale…

Bref, la généalogie est une activité qui réserve de multiples surprises.

1 commentaire:

  1. Mille ! Et ce billet est tout léger, avec un bilan plein d'humour.
    Cela me donne envie de compter mes sosas.

    RépondreSupprimer

Votre commentaire sera publié après approbation.